Mercredi 29 mars, le service des Parcs et jardins de la Ville de Menton a testé un appareil innovant pour entretenir les espaces verts de la commune : un désherbeur thermique écologique. Franck Roturier nous en dit plus.

Trois galettes peines donc increvables en guise de roues, une carlingue orange à mi-chemin entre le tricycle et le chariot de transport, une lance branchée sur une bouteille de gaz… Non ce n’est pas le dernier engin fait maison par le service des Parcs et jardins pour lutter contre le charançon rouge du palmier, mais un « désherbeur thermique écologique ». On n’arrête pas le progrès !

Proposée par la société Ripagreen, cette curieuse machine pourtant simple poursuit un but qui l’est tout autant : faciliter le traitement des parterres de verdure souvent fastidieux à désherber pour les jardiniers et les agents d’entretien, que ce soit – et a fortiori – à la main ou par le recours à des produits – le désherbage chimique étant désormais interdit.

Le principe de ce système breveté consiste à délivrer de la chaleur pulsée, c’est-à-dire envoyée via un diffuseur en inox, orientable à 360°, qui ne chauffe que très peu puisque la chaleur rebondit sur le sol. Les mauvaises herbes sont ainsi traitées d’un simple geste, via le tuyau renforcé, le chariot de transport permettant quant à lui de déplacer l’ensemble sans efforts. L’ensemble reste donc artisanal, sans électronique, moteur ni pièces complexes à assembler. Mais la sécurité reste une préoccupation première (une sécurité coupe immédiatement le gaz en cas de fuite dans le circuit) et le résultat paraît être au rendez-vous, même si d’autres essais sont programmés par la Ville pour arrêter une décision définitive quant à l’acquisition de ce type de matériel.

Franck Roturier, directeur du service Parc et jardins, nous en dit un peu plus sur ce premier essai :

[su_youtube_advanced url=”https://youtu.be/SCW2SRFkAKE” controls=”alt” rel=”no” modestbranding=”yes” theme=”light”]