La 11e édition du Forum de l’emploi, rendez-vous devenu incontournable, a une fois de plus été réussie tant en termes de quantité que de qualité des offres proposées. Et ce, grâce à la mobilisation forte de tous les acteurs économiques locaux sous l’impulsion de la Ville de Menton.

Le 14 mars dernier, plus de 2 000 personnes se sont rendues au Forum de l’emploi. Une édition nouvelle formule, recentrée sur les offres de recrutement – les formations seront proposées à l’automne – qui a touché juste ! Rencontres autour des stands.

Un long labyrinthe de soixante-cinq stands tracé au sein du palais de l’Europe… Pour beaucoup, c’est peut-être la fin d’un long, très long chemin de croix.

Chacun était fin prêt : CV mis à jour, lettre de motivation en main, passeports indispensables pour atteindre la terre promise, l’Eldorado professionnel ! Un voyage en terre inconnue pour les plus jeunes : les premiers pas dans la vie active. Un retour pour les autres.

Et tous ont bien conscience de la chance offerte par la Ville, pour la onzième année consécutive, de cette main tendue si précieuse dans la galère. Alors, les files d’attente s’allongent. Pour patienter, on peut toujours jeter un coup d’œil à l’écran géant au fond de la salle. Les offres défilent. Les pupilles s’ouvrent, certains en restent bouche bée. Là, devant eux, la porte vers l’emploi tant recherché, tant espéré, s’ouvre enfin !

Une porte entrebâillée grâce au service Éducation-Jeunesse sous les yeux du Maire Jean-Claude Guibal, fier du travail accompli. Après quelques encouragements distillés aux candidats, le premier magistrat explique : « Ce Forum de l’emploi est l’illustration de l’implication de la Ville et de ses services dans la lutte contre le chômage. À l’image d’Initiative Menton Riviera, qui a créé plus de 500 entreprises et plus de 900 emplois. Au bout de trois années, 95% d’entre elles sont encore en vie, alors qu’ailleurs, 90% ont déposé le bilan. C’est l’inverse qui se produit sur le territoire de la Riviera Française. Et, à Menton, les entreprises voient le jour en centre-ville. Elles sont indépendantes, de proximité. Une des raisons pour lesquelles Menton s’est classée en deuxième position des communes touristiques dynamiques selon la fédération Procos sur les centre-villes commerçants. »

Plus de 800 offres dans le bassin mentonnais

Et ces entreprises de proximité, banques, commerces, agences d’intérim et bien d’autres encore – même la police nationale avait dressé son stand – étaient toutes présentes, hier, au palais de l’Europe. Elles souhaitaient profiter de l’opportunité de cibler parfaitement le candidat idéal. « The right man at the right place », selon le célèbre adage… « Nous avons axé ce Forum sur les entreprises ayant des postes à proposer, expliquait Pierre Binet, responsable du service Éducation. Plus de 800 offres non satisfaites ont été recensées dans le bassin mentonnais. L’espoir de trouver un emploi est donc permis… » Peut-être la fin d’un long, très long chemin de croix.

Habiba Paillac : « Un chômage plus bas à Menton grâce aux actions de la Ville »

Cette onzième édition ?

Nous l’avons axée sur l’emploi uniquement. Parce qu’Il existe désormais trois temps forts : le Forum de l’emploi, en mars donc, le Café de l’emploi pour les jobs d’été, qui se déroulera fin mai, et le Salon de l’orientation, à l’automne, qui sera consacré également à la formation. Ce changement a permis d’augmenter les offres d’emploi de 40%. Et de mieux les cibler, de la restauration aux services à la personne. Vos objectifs ? Que les intervenants trouvent le profil recherché, et les demandeurs un emploi au plus proche de leurs souhaits. Le principal, c’est qu’un contact direct soit établi, débouchant sur une embauche dans la journée ou un entretien préalable.

Habiba Paillac, conseillère municipale déléguée à la Mission locale et à la Jeunesse.

Les répercussions sur le marché local de l’emploi ?

Les chiffres du chômage dans le bassin mentonnais sont inférieurs à ceux de PACA (lire ci-dessous).

C’est notamment le résultat des actions de la Ville !

Le Forum s’intéresse aux créations d’entreprises. La raison ?

Beaucoup de jeunes ne savent pas comment créer une entreprise ou une micro-entreprise. Ils peuvent trouver des explications sur Internet, mais, ici, ils sont au contact de spécialistes, des réponses leur sont apportées. Avec Initiative Menton Riviera, par exemple, 30% de ces jeunes, épaulés, y parviennent. Et puis, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes d’ailleurs, on peut les aider à poursuivre leurs démarches.

  • 8,9% : Taux de chômage du bassin mentonnais (-1,7%), contre 10,8% dans la région PACA (+3,9%)
  • 9% : Taux de chômage chez les jeunes du bassin mentonnais, contre 12% dans la région PACA
  • 24% : des entreprises soutenues par Initiative Menton Riviera créées par des jeunes de moins de 30 ans.

Visa pour la vie active

Ils cherchent un emploi… …ou veulent créer une entreprise

« Offre impressionnante »

CV aiguisé, lettre de motivation et espoir en bandoulière, Julie Servant cherche un emploi. Pourtant, la jeune femme affiche un franc sourire. La raison ? Simple comme un entretien d’embauche : « Je cherche un poste de secrétaire administrative comptable. Grâce aux contacts directs établis ici, j’ai déjà des rendez-vous pour le début de la semaine prochaine. Et l’offre est très impressionnante, puisqu’elle va des agences d’intérim aux hôpitaux de Monaco et Menton en passant par les administrations. Je suis très étonnée par le nombre de stands et les entreprises présentes. Regardez, je suis en train de remplir une fiche pour Intermarché. En tout cas, je vais quitter ce Forum avec des perspectives. »

« Un contact direct »

Marielle Marseille a été licenciée en août 2015. « À la suite d’un retour de congés parental. C’était chez un notaire… » La déception toujours présente, elle est en quête « d’un emploi dans le secrétariat. Médical ou administratif. Grâce à ce forum, un contact direct s’établit entre l’entreprise et le demandeur d’emploi. Ce qui n’est pas le cas avec Pôle Emploi : un frein à l’embauche ! J’ai eu un contact avec la Ville, un ophtalmo, un dentiste, un notaire et un avocat. On verra si cela se concrétise. J’ai un espoir mesuré… »

« Effacer les obstacles »

Deux jeunes femmes s’éparpillent de stand en stand. Ce Forum de l’emploi semble effacer tous les obstacles. Victoria Pyatkina et Julia Rukosujeva, arrivées de l’est de l’Europe, ne semblent pas freinées par un français approximatif : « Nous avons déjà travaillé, parfois comme bénévoles, dans les secteurs au sein desquels nous recherchons : l’animation des ventes ou dans l’hôtellerie. Notre ‘‘handicap’’ peut se transformer en atout. »

« Faire aboutir mon projet »

Loris Tardivo a fait le déplacement. Une idée en tête et l’espoir chevillé au corps : « Actuellement chômeur, je souhaite créer mon entreprise. Dans le secteur de la restauration. J’assiste aux conférences, je cherche des explications, des conseils, tout ce qui pourrait m’aider à faire aboutir mon projet situé sur La Turbie. J’espère que ce sera avant l’été. Sinon, je chercherai du travail pour la saison avant de repartir au combat ! »

La phrase du Maire Jean-Claude Guibal

«Le territoire de la Riviera Française ne possède pas de grosses entreprises. Mais nous sommes créatifs. Combatifs. Les chiffres du chômage sont bien meilleurs ici qu’ailleurs.»

Ils offrent un emploi… … ou aident les créateurs d’entreprises

« Recruter sur le bassin »

Cinq ans que Livia Flies, employée au service ressources humaines de Ciffreo Bona, entreprise spécialisée en négoce de matériaux, offre son sourire aux visiteurs du Forum de l’emploi. Mais pas seulement… « Nous proposons des postes de caristes manutentionnaires, de responsables de magasin et de commerciaux. » Un avantage, celui de cibler parfaitement des « profils locaux. Nous souhaitons recruter sur le bassin mentonnais et ce n’est pas évident. Ceux qui prospectent dans ces domaines ne sont pas habitués à effectuer leurs recherches sur Internet ». Autre avantage, celui de la motivation des candidats. « C’est notre gros problème. Alors, ceux qui se sont déplacés pour venir ici démontrent leur envie. Une façon de faire un premier tri… Là, j’ai déjà une dizaine de CV, dont un très intéressant. Ensuite, le responsable du recrutement rencontrera les candidats sur place. » Le contact est déjà établi. Et c’est le principal…

« Beau portefeuille de CV »

François Madueno, directeur de l’hôtel Méditerranée et membre du syndicat des hôteliers du bassin mentonnais, a lui aussi collationné de nombreuses candidatures. « Nous sommes en train de constituer nos équipes pour la saison, dans de nombreux secteurs, de la restauration à la réception. Ce Forum tombe à pic, j’ai déjà un beau portefeuille de CV. Cela va de l’étudiant, qui termine ses études et veut se fixer, à celui qui poursuit ses études et souhaite un petit boulot pour l’été. Jamais, nous n’aurions reçu autant de candidatures sans des actions de cette envergure. Notre profession profite pleinement de ce Forum de l’emploi ! »

« Offrir nos conseils »

Thierry Fournier, chargé de clientèle au Crédit Mutuel, accueille essentiellement des créateurs d’entreprise sur son stand. Il explique : « Nous travaillons en partenariat avec Initiative Menton Riviera. Notre objectif est d’accompagner, offrir nos conseils et assurer un suivi. Bien sûr, nous développons notre image et notre clientèle, mais nous sommes présents à partir de la création de l’entreprise. Vous savez, un statut d’autoentrepreneur, c’est facile à établir. Mais rendre son entreprise pérenne est beaucoup plus difficile. Initiative Menton Riviera y parvient parfaitement et nous pouvons aider en ce sens. C’est même la priorité. Pour le chef d’entreprise comme pour nous ! »

Initiative Menton Riviera : « Suivre et orienter l’entreprise »

Des chiffres vertigineux ! 95% des entreprises créées pérennes après trois ans d’existence… 554 entreprises aidées. 961 emplois créés ou maintenus. Plus de 34 millions d’euros de prêts. Incroyable ! Sandra Paire, présidente, et Cédric Hérisson, directeur de l’association Initiative Menton Riviera, anciennement ADERF (Association pour le développement économique de la Riviera Française, fondée par Jean-Claude Guibal), peuvent être fiers de ce bilan hors normes. Et, forcément, leur stand attire de nombreux visiteurs. D’autant que l’association affiche une nouveauté. Un site dédié, In my reseau, IMR, les initiales de l’association en accroche, « tout juste sorti ce matin », précise Sandra Paire, tout sourire. Un atout supplémentaire pour la structure intercommunale, qui en possède déjà tellement ! « Nous agissons autour d’un triptyque, poursuit Cédric Hérisson. Le prêt d’honneur sans intérêt ; le parrainage par un chef d’entreprise, qui accompagne le créateur ; un suivi de gestion de l’entreprise créée. Il faut y ajouter les conseils des professionnels faisant partie du réseau. Ce qui contribue à une meilleure intégration au sein du tissu local ». La recette du succès.