La rentrée scolaire
La rentrée scolaire

C’est fait ! Un mois après que la Ville de Menton eut exprimé le souhait de revenir à la semaine de quatre jours, l’Inspection d’Académie vient de rendre un avis favorable. Dès la rentrée, plus de 2 000 écoliers mentonnais bénéficieront donc à nouveau du mercredi libéré.

Une réforme 2013 qui n’a jamais convaincu

Début juin, le nouveau ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer annonçait son intention d’autoriser par décret les communes à déroger à la loi de 2013 réformant les rythmes scolaires. Loi qui avait instauré la semaine de quatre jours et demi avec classe le mercredi matin, ainsi que les nouvelles activités périscolaires. À Menton, on s’en souvient, elle n’avait séduit ni les familles ni les enseignants, qui s’étaient exprimés très majoritairement contre la réforme. Jean-Claude Guibal avait relayé leurs inquiétudes, notamment sur l’état de fatigue prévisible des enfants avec une demi-journée de travail supplémentaire, sachant que les nouvelles activités périscolaires ne réduisaient pas pour autant leur journée à l’école. À l’époque le Député-Maire avait également pointé du doigt l’esprit même de la réforme, qui transformait les salles de classe en espaces de loisirs, et défendu l’école comme « sanctuaire du savoir, où l’on doit apprendre plutôt que faire des gommettes ». C’est précisément la raison pour laquelle la Ville, tout en appliquant la loi au moment de la rentrée 2014, avait proposé en priorité des activités périscolaires pensées autour de l’apprentissage en associant séances d’éveil musical, ateliers de lecture et accompagnement aux devoirs, avec l’aide des animateurs ou d’enseignants volontaires. Mais même sous cette forme, les coûts de la nouvelle organisation, estimés à 300 000 euros annuels, ont constitué une surcharge très lourde pour la commune que les aides de l’État n’auront jamais comblé, loin de là.

Menton, parmi les premières à souhaiter le retour aux 4 jours

Trois ans après, le constat est sans appel : « mauvaise », « mal pensée », « hors sol »… Les critiques fusent contre la réforme et la semaine de quatre jours et demi. Elles s’appuient sur l’avis des parents comme des équipes pédagogiques, qui s’alarment régulièrement de la fatigue avérée des enfants. « Dès le jeudi, mes élèves sont épuisés et moins concentrés. Ce n’était pas le cas quand ils pouvaient dormir le mercredi matin » confie une professeure des écoles. Une autre déplore le contact perdu avec les parents : « Auparavant, nous pouvions discuter avec eux à la sortie de l’école (à 16h30, ndlr), faire le point sur des petits problèmes rencontrés par leur enfant ou d’autres choses survenues dans la classe… Avec la nouvelle organisation, ils ne voient que les animateurs au-delà de 15h45. » Autant de raisons qui ont fait que la Ville de Menton fut parmi les premières du département à exprimer, dès le 8 juin, son souhait de déroger à la réforme conformément à l’annonce de Jean-Michel Blanquer. Et de rétablir la semaine de quatre jours à la rentrée 2017.

Ce souhait vient donc d’être exaucé par le Directeur de l’Éducation nationale, qui a validé la procédure à laquelle Menton s’est soumise comme une centaine d’autres communes azuréennes. Concrètement, il s’agissait de s’assurer d’un « large consensus » en recueillant l’avis des conseils d’écoles, le vote des élus et l’accord de l’Inspection d’académie sur la mise à jour du programme pédagogique. Lequel doit continuer de proposer des activités périscolaires variées et conformes aux textes réglementaires, mais avec un temps d’apprentissage désormais organisé sur huit demi-journées et non plus neuf. Une procédure menée avec maîtrise, en un temps record de surcroît, par le service municipal de l’Éducation et avec le concours des conseils d’écoles – qui se sont tous exprimés pour le retour à la semaine de quatre jours. C’est sur la base de ce vote que le conseil municipal a pris à son tour officiellement position en ce sens, le 29 juin dernier (lire nos dernières éditions).

Les nouveaux horaires à la rentrée 2017

Désormais donc, les familles, les enseignants mais aussi les clubs et associations (qui proposent souvent des activités le mercredi), ont jusqu’au mois de septembre pour s’organiser en tenant compte du mercredi à nouveau libéré. Dès la rentrée scolaire, prévue le 4 septembre dans toute la France, les écoliers auront donc classe lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30. Les activités périscolaires continueront d’être proposées, les mêmes jours, de 7h30 à 8h30 et de 16h30 à 18h30. Enfin, les centres de loisirs retrouveront le fonctionnement qui était le leur jusqu’en 2013, à savoir un accueil le mercredi, réparti sur deux centres (« Les Grenouilles bleues » pour les maternelles et « Anne Frank » pour les élémentaires), avec possibilité de ramassage scolaire payant.

Accueil en centres de loisirs à la demi-journée

Une nouveauté cependant, et non des moindres, par rapport au fonctionnement de l’époque. En raison des contraintes des familles, qui lui ont été relayées au Guichet unique de la Ville ou sur les réseaux sociaux, le service de l’Éducation-Jeunesse – dirigé par Pierre Binet et Stéphane Bascoul, avec le soutien actif d’Habiba Paillac, conseillère municipale déléguée à la Jeunesse, et celui de Sylviane Royeau, déléguée à l’éducation – a fait modifier le règlement des deux centres de loisirs. À compter de la rentrée, les parents pourront y faire garder leurs enfants le mercredi soit à la journée, comme cela était déjà le cas, soit uniquement le matin. Une possibilité offerte notamment aux familles qui n’auraient plus le temps de s’organiser autrement. Dans ce cas, elles seront autorisées à récupérer leurs enfants entre 11h30 et 12h30.

En conclusion, le retour désormais officiel de la semaine de quatre jours dans les écoles publiques mentonnaises constitue une excellente nouvelle dont profiteront les écoliers comme leurs parents. Et ce dès la rentrée !

Guichet unique 04 92 10 50 72