« Être agent de la Ville, c’est agir concrètement et utilement pour les Mentonnais. C’est aussi, accepter d’être sous leur contrôle. Parce qu’ils ont la même passion, la même envie que nous : préserver notre ville, faite pour les humains, lui garder sa convivialité entre traditions et douceur de vivre, et développer encore les piliers de son identité, de son économie comme de sa modernité. » C’est par ces mots que Jean-Claude Guibal a accueilli les 136 nouveaux agents de la Ville de Menton, recrutés depuis le 1er janvier 2016.

Une cérémonie studieuse qui s’est tenue le 13 novembre au palais de l’Europe, en présence des élus du conseil municipal et des chefs de service. Après les mots de bienvenue, et la présentation de la collectivité, le Maire et le Directeur général des services Alain Riquet ont insisté sur le rôle des nouveaux employés municipaux au service de la population.

Une mission entre « droits et devoirs, qui est parmi les plus belles puisqu’elle produit des résultats immédiatement visibles, sur la propreté, la sécurité, le logement, l’aide aux familles… Elle nous engage et nous oblige, mais elle est aussi gratifiante ! » Et de rappeler que ce sens du service public doit, plus que jamais, être défendu dans un contexte difficile, entre baisse constante des dotations d’État et évolution de la pyramide des âges.

De la fierté de servir les Mentonnais

À titre d’illustration, sur le millier d’agents en poste (84,6% de catégorie C, 9,9% de catégorie B et 5,5% de catégorie A), près de 200 seront partis à la retraite d’ici 2020. « Une vraie préoccupation » selon le premier magistrat, « car c’est un pan entier de notre mémoire qui s’en va. C’est pourquoi nous voulons assurer la transmission des savoir-faire entre les anciens et ceux qui nous rejoignent. De fait, si vous êtes motivés et appliqués dans votre travail, il y aura de réelles perspectives d’évolution dans les prochaines années ».

Avec le Directeur des Ressources humaines David Claude, Alain Riquet a détaillé ensuite les défis que la Fonction publique territoriale doit relever, depuis la mutualisation des services jusqu’aux transferts de compétences en passant par la transformation numérique, l’organigramme des services, la CARF, ou encore les projets pour la cité.

Le mot de la fin est revenu à Jean-Claude Guibal, résumant en ces termes la responsabilité qui incombe à chaque agent, nouveau ou pas : « N’oubliez jamais que vous êtes au service des administrés. Ils nous font, ils vous font confiance. Soyez-en dignes, et soyez-en fiers ! »