Menton, ses jardins, sa quiétude, son soleil… et ses plages bien sûr ! Chaque été, des milliers de visiteurs se mêlent aux habitants pour profiter des nombreux atouts de la cité. Mais savez-vous que pour une saison réussie, ce sont des dizaines d’agents qui auront œuvré des semaines durant pour nettoyer le domaine maritime, à la main ou avec des engins ? Reportage en vidéo.

Dès l’aube, ils sont plusieurs revêtus de leur gilet jaune à s’affairer au bord de l’eau. Idyllique ? Presque. Si le décor du Campanin qui se reflète sur la mer à peine éveillée est enviable, ces femmes et hommes du Service voirie environnement propreté circulation (SVPEC) sont bel et bien là pour travailler. Et ils travaillent ! À la main, à coups de pelles et de grands sacs, le rythme est soutenu. Toujours avec le sourire et dans la bonne humeur. Certains prennent même les commandes de drôles d’engins, sorte de tracteurs améliorés dont la pelleteuse mécanique soulève le sol, tantôt en galets et tantôt sablonneux. Vous l’avez compris, les agents municipaux sont à pied d’œuvre pour nettoyer les plages de Menton, et préparer ainsi votre été.

Une tâche plus compliquée qu’il n’y paraît de prime abord. Sur les plages publiques, du Fossan à l’est jusqu’au bas du Borrigo à l’ouest, les galets doivent être « criblés », c’est-à-dire passés au peigne fin pour enlever les éléments trop gros comme des pierres ou coupants comme des cailloux taillés. « Avant, le critère était celui d’une pièce de cinq francs. Plus gros, on enlevait », explique un agent. « Aujourd’hui, on juge de façon plus souple, à l’œil, en se mettant à la place de ceux qui occuperont la plage. Mais on supprime tout ce qui est dangereux ou gênant ! ». Un jugement d’autant plus nécessaire que si les éléments trop grands sont désagréables, ceux trop petits risqueraient de ne pas « tenir » et donc être emportés par la mer parfois montante. Quant aux plages privées, à l’est vers Garavan, le SVEPC intervient pour trier le sable, et en rapporter si besoin. Charge aux exploitants, conformément à la délégation de service public, de le disposer comme il faut devant leur établissement.

« Une première phase a été réalisée, on a supprimé tous les gros diamètres, les bois et les branches qui ont été transportés par les coups de mer », détaille Richard Cerutti le chef du SVPEC. Suivra « une deuxième opération, qui a déjà commencé d’ailleurs sur la plage Rondelli (…), nous allons continuer jusqu’à faire tout le littoral mentonnais pour le rendre propre ». Il y aura bien sûr d’autres opérations tout au long de l’été, pour entretenir le domaine maritime. Sur ce point, rappelons que la Ville avait procédé l’an passé au ré-ensablement (ou ré-engraissement dans le cas de galets) de l’ensemble des plages. Une opération nécessaire tous les trois ou quatre ans, qu’il n’est donc pas utile de renouveler cette fois-ci. De fait, toutes les plages seront bientôt prêtes, y compris pour l’avant-saison.

Le reportage et l’interview de Richard Cerutti en vidéo :

[su_youtube_advanced url=”https://youtu.be/eqH1Q6Vw9jo” controls=”alt” rel=”no” modestbranding=”yes” theme=”light”]