Trois classes bénéficient de ce dispositif.

Mis en place à l’école Saint-Exupéry en 2017, ce projet éducatif et culturel s’étend cette année aux établissements Marcel-Pagnol et du Careï. Retour sur cette aventure collective et citoyenne que vivent près de 80 écoliers mentonnais.

Faire de la musique avec ses camarades de classe et sa maîtresse durant deux ans. Tel est l’objectif du projet « Orchestre à l’école », un dispositif réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la Ville de Menton, le conservatoire municipal de musique, l’Éducation nationale et le Crédit Mutuel de Menton en tant que partenaire financier.

Ce projet social, éducatif, culturel et citoyen est avant tout basé sur le volontariat de la part du professeur des écoles qui s’engage, d’une part, à garder les mêmes élèves durant deux ans et d’autre part, à apprendre à jouer d’un instrument. C’est ainsi qu’à Menton, le premier Orchestre à l’école – option cuivres (cornets, trombones et tubas) – a été mis en place à l’école élémentaire Saint-Exupéry à la rentrée 2017-2018.

En effet, Céline Bentz, directrice et enseignante, avait accepté de se lancer dans l’aventure et opté pour l’apprentissage du cornet.

Accepter le regard de l’autre

« Tout au long de ces deux années, les élèves de CE2 puis de CM1 ont développé de nombreuses compétences et augmenté leurs capacités d’écoute, d’attention et de mémorisation. Apprendre auprès de Jean-Luc et de Raphaël, tous deux professeurs au conservatoire, est enrichissant et le contact passe bien avec les enfants, confie Céline Bentz.

S’engager dans un projet commun, c’est prendre plaisir à jouer ensemble lors des cours mais aussi lors des concerts. Pour cela, il faut surmonter sa timidité et accepter le regard de l’autre, ce qui permet de développer la confiance en soi. En tant qu’enseignante, le fait d’apprendre à jouer d’un instrument m’oblige à réfléchir sur la passation des consignes et des explications, sur les capacités de concentration et d’écoute.

Me retrouver assise sur un banc d’école en tant qu’élève m’offre une remise en question sur le plan professoral. C’est très positif, à la fois pour ma classe et pour moi. Ce qui explique pourquoi j’ai réitéré l’expérience », conclut le professeur des écoles avant de tenter de souffler dans un tuba.

L’enseignant ayant pour consigne de changer d’instrument à chaque promotion.

Violons et bois

Cette année, au vu de cette expérience enrichissante, la Ville a décidé de renouveler l’expérience à Saint-Exupéry et d’ouvrir deux autres classes orchestre.

La première, option violons, à l’école Marcel-Pagnol avec la classe de CP dirigée par la directrice Caroline Bottero.

La seconde, option bois, à l’école du Careï avec la classe de CM1 placée sous la responsabilité de Régine Langenier. Durant deux ans, ces classes orchestre travailleront sous la direction de plusieurs professeurs du conservatoire. « L’orchestre à l’école a pour objectif de faire naître la prise de conscience du génie collectif, détaille Paul-Emmanuel Thomas, directeur de l’institution.

C’est un outil éducatif à l’écoute de soi et des autres, qui permet à l’enfant d’apporter sa voix au milieu des autres et de trouver sa place au milieu des autres. En accord avec les professeurs de musique volontaires, nous avons choisi l’oralité comme stratégie d’apprentissage. Le mimétisme est plus concret que la lecture d’une partition qui les obligerait à suivre des cours de formation musicale.

Or, ce projet n’est pas de nature à copier la formation spécialisée enseignée au conservatoire. Il se construit avec les différents enseignants et en fonction de l’âge des enfants. Le travail se fait en deux temps : en pupitre puis en tutti, c’est-à-dire en atelier puis en orchestre. »

Cette aventure collective permet à l’enfant de vivre une vraie vie d’équipe tout en apprenant à manipuler un instrument, à reconnaître les sons à l’oreille pour les reproduire, à répéter le même geste, etc.

De leurs côtés, les professeurs de musique espèrent transmettre le goût de la musique, du travail et celui de vivre pleinement heureux au sein d’un orchestre.

Les professeurs volontaires

À l’instar des professeurs des écoles, les enseignants du conservatoire sont également volontaires.

• José Castillo (basson)
• Guillaume Daniel (flûte)
• Jean-Luc Dassé (trompette)
• Gilbert Menordy (saxophone)
• Raphaël Patrix (trombone/tuba)
• Stéphanie Perrone (violon)
• Marc Zorgniotti (violon)