C’est une tradition ! Comme chaque année, la ville s’est illuminée grâce, notamment, aux équipes des ateliers municipaux. Et pour cette édition encore, tous les quartiers sont éclairés par des milliers de LED. Un superbe spectacle !

Et la lumière fut ! » Comme chaque année, Christophe Ghiena et les ateliers municipaux, rattachés au Centre technique municipal (CTM) qu’il dirige, ont réalisé un véritable miracle. En quelques semaines, cette équipe de « petits elfes de l’éclairage » a ainsi disséminé dans la ville les 420 motifs destinés à embraser tous les quartiers. Un moment aussi attendu par les Mentonnais que l’arrivée du père Noël : « Depuis une dizaine d’années, les illuminations font partie de l’événementiel. C’est aussi pour cette raison que la Ville y consacre autant de moyens », analyse le responsable.

Avec une « éclaircie » supplémentaire dans ce décor déjà merveilleux, point d’orgue de chaque édition, le plafond de lumière surplombant Menton, de Roquebrune jusqu’au quai Bonaparte. « C’est notre pièce maîtresse, poursuit Christophe Ghiena. 880 guirlandes sont nécessaires pour le confectionner. Puis, des décors monumentaux sont disposés dans chaque rond-point, notamment aux entrées de ville, avec des sapins décorés de guirlandes LED permettant de changer de couleur. Sans oublier la coque en lucioles tricolores 2D à Saint-Roch. Enfin, sur le bord de mer, les motifs sont en 3D. » Mais ces éclats annuels ont un coût. « Supporté par la Mairie contrairement à beaucoup de villes dont les illuminations sont souvent financées par des associations ou les commerçants », note encore le chef du CTM.

Un point noir ? Même pas puisqu’en 2017, pour mieux patienter jusqu’au renouvellement complet des motifs (lire ci-dessous), des nouveautés sont encore en action : « Dans les jardins Biovès, l’interactivité sera au rendez-vous avec des motifs 2D ou 3D lumineux et sonores, en fonction du souhait des enfants, selon l’endroit du pupitre où ils appuient. »

Les lutins des ateliers ont également répondu au vœu des adultes mentonnais en plantant des décors sur les axes les plus fréquentés durant la nuit afin de réduire au maximum les nuisances. Certains ne pourront pas non plus grincer des dents quant à d’éventuels problèmes environnementaux : « Nous sommes l’une des premières communes de France à avoir généralisé l’emploi des LED de façon à diminuer la consommation par rapport aux ampoules incandescentes ! Toujours au niveau de la maîtrise de la consommation, 90% des sources d’alimentation sont sur des ports dédiés et non raccordés au réseau public. Ce qui permet d’éteindre les illuminations à minuit sur toute la période des fêtes et à 1 heure les 24 et 31 décembre. »

Seul petit bémol, qui ferait presque sourire le chef de service, l’exigence toujours accrue du public qui ne peut être satisfaite entièrement. « On est victime de notre succès. Chaque année, des demandes de pose supplémentaire sont formulées. Chacun voudrait des illuminations près de son domicile. Mais c’est une histoire sans fin et qui a un coût. Menton est déjà dans le Top 5, des budgets consacrés aux illuminations par nombre d’habitants. » Qu’ils se rassurent, les Mentonnais sont déjà dans la lumière !

Changement à 100% l’an prochain

Le marché est lancé tous les quatre ans pour la pose et la dépose des décors. « Quatre ans, c’est le délai nécessaire pour optimiser les investissements, précise Christophe Ghiena. Pour Noël 2018, toutes les illuminations seront nouvelles. Dix lots seront à saisir. Des entreprises étrangères répondent dorénavant, avec les plus grosses sociétés françaises. Chaque entreprise a sa spécificité, l’objectif étant de tirer le meilleur du collectif. » Des impératifs sont toutefois demandés. Par exemple, « que les motifs soient aussi beaux de jour que de nuit. Puisque nous les voyons davantage la journée, ils doivent également posséder des éléments permettant de refléter la lumière ».

On a hâte de découvrir ce nouveau décor !