Le chantier des Jardins du Careï devrait débuter fin 2018. Un programme mixte de 307 logements où l’équilibre entre bâti et verdure a été trouvé. Mais c’est la qualité de vie des habitants qui a surtout été privilégiée dans ce projet.

Les Jardins du Careï vont enfin fleurir ! Le Maire Jean-Claude Guibal l’avait dessiné, les riverains l’attendaient… Mais l’État l’avait retardé. Ce dossier de réhabilitation du quartier du haut-Careï était en effet peaufiné depuis plusieurs années et prêt à démarrer en 2014. « Mais les services préfectoraux souhaitaient une étude supplémentaire afin de garantir la constructibilité des terrains, ce qui a entraîné un surcoût de 80 000 euros et un retard conséquent », confiait le Maire au nombreux public réuni à l’école Saint-Exupéry (dans le cadre d’une concertation publique ouverte jusqu’au 22 septembre).

Désormais, tous les ingrédients sont rassemblés pour que les acteurs du dossier, eux aussi présents, puissent répondre aux attentes de la municipalité, en totale concertation avec les habitants du quartier – une réunion mensuelle d’information et d’échanges sera organisée – afin de créer « un lieu de vie agréable et convivial ».

Le porteur du projet, le groupement Altarea-BNP Paribas, l’architecte, M. Garcia, la Cogedim et l’expert environnement Florian Dupin ont ainsi décliné tous les avantages des Jardins du Careï, un ensemble prévoyant 307 logements, dont 109 sociaux, mais aussi des logements en accession libre et intermédiaire. Ainsi, malgré des obstacles comme la topographie des lieux ou la position de la route, le futur quartier sera agrémenté de passages piétonniers entre les bâtiments, d’une place – piétonne elle aussi – d’une fontaine et d’une aire de jeux pour les enfants.

Pour faire battre au mieux ce « cœur de village », des poumons verts foisonneront dans ce quartier écologique. Si l’origine agricole du site va être conservée, une citronneraie, des oliveraies et un jardin potager pousseront au pied des immeubles. Des bâtiments dont l’architecture sera érigée dans l’esprit méditerranéen si cher au Premier magistrat. D’autre part, les matériaux utilisés seront nobles et les couleurs employées tout aussi sublimes.

Enfin, l’utilisation des énergies renouvelables sera optimisée, une politique qui permettra également aux habitants de réaliser des économies. De quoi donner le sourire aux riverains, confortés également par les précautions prises quant à la circulation. « À Saint-Roman, elle n’est pas aussi difficile que dans d’autres endroits. La visibilité, elle aussi, sera préservée ».

Et Jean-Claude Guibal de conclure : « L’école Saint-Exupéry possède les capacités d’accueil pour les enfants des nouveaux venus. » Les habitants du quartier étaient ainsi totalement rassurés et, surtout, convaincus par le projet !