En s’appuyant sur son histoire pour construire le temps actuel, Menton n’échappe pas à la règle.

Celle voulue par Albert Einstein qui disait : « La distinction entre le passé, le présent et futur n’est qu’une illusion, aussi tenace soit-elle. »

Les 30 juin et 1er juillet derniers, en suivant dans les rues la fête de la Saint-Pierre, cette passerelle – entre un passé aux mille et un visages et un présent en perpétuel mouvement – ne pouvait être qu’évidence.

Toute la ville a résonné de ses traditions. Porté par les Anciens de la place du Cap et les pêcheurs de la prud’homie, sous la conduite du Maire Jean-Claude Guibal et de Philippe Guglielmi, curé-archiprêtre de Notre-Dame des Rencontres et recteur de la basilique Saint-Michel Archange, la statue de Saint-Pierre a traversé Menton.

De l’hôtel de ville à la capitainerie du port, en passant par la basilique et le bastion, une foule nombreuse a ainsi pu célébrer la Méditerranée et les travailleurs de la mer.

Et ce, pendant deux jours de fête. Point d’orgue de cette célébration le dernier soir : l’association A Ciocoula a préparé 800 litres de soupe de poisson et servi 1000 personnes.

Rendez-vous est donné pour la seconde fête patronale de la ville, le 30 septembre prochain, avec la Saint-Michel.