1 365. C’est le nombre de jours qu’aura passé Franck Pouilly en tant que directeur du centre hospitalier mentonnais. Le temps d’y accomplir une révolution : la spécialisation de l’hôpital de Menton et l’absorption du centre de rééducation de Gorbio.

Un mandat de directeur de centre hospitalier est de quatre ans. Arrivé à Menton le 5 décembre 2014, Franck Pouilly en est parti le 3 septembre dernier, suite à sa nomination en tant que directeur des centres hospitaliers de Manosque, Forcalquier et Banon.

Un départ regretté par tous. Mais un bilan qui s’avère positif avec des objectifs atteints en seulement 1 365 jours !

Au mois de juin en effet, s’ouvrait le pôle d’excellence en Soins de suite et de réadaptation à La Palmosa, tandis que se précisait le réaménagement du centre de Gorbio en un futur ÉHPAD Gastaldy ; cet Établissement d’accueil pour personnes âgées dépendantes sera opérationnel en 2021.

Dans le courant de l’automne 2018, l’hôpital se verra doter d’un nouveau scanner plus performant, suivi au printemps 2019, de l’arrivée d’une imagerie par résonance magnétique (IRM) et de l’autonomisation du Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR).

Aucun doute ne subsiste : cette spécialisation confirme la place du centre hospitalier La Palmosa dans le système de santé de l’est du département. Le nom du prochain directeur ou de la prochaine directrice sera connu le 13 novembre pour une prise de fonctions au mois de janvier 2019.

En attendant, Kevin Rossignol, directeur adjoint au CHU de Nice, assure l’intérim « en tâchant de marcher dans les pas de cet homme d’esprit et de conviction pour qui le centre hospitalier de Menton est un grand parmi les petits et un petit parmi les grands. » Bilan positif Émotion, fierté et satisfaction étaient palpables lors du pot de départ qui s’est déroulé en présence d’élus, de représentants de l’Agence régionale de santé (ARS) et du personnel de l’établissement. « Travailler aux côtés de Franck Pouilly fut un vrai bonheur car il a le génie de rendre simple les projets les plus complexes », confie Jean-Claude Guibal, Maire de Menton et président du conseil de surveillance de l’hôpital.

« Cet homme d’action a su tenir compte du facteur humain et fédérer autour de lui toutes les catégories de personnels qui travaillent à “La Palmosa” grâce sa personnalité empathique et respectueuse des autres. Ce qui dans un secteur aussi sensible que le milieu hospitalier est une qualité essentielle. Nous sommes heureux d’avoir pu bénéficier du talent et des compétences de ce “spécialiste en organisation” et regrettons qu’il soit à ce point apprécié de l’ARS qu’elle nous l’enlève pour le charger d’une autre mission sensible. Mais le service de santé publique passe avant tout et nous lui souhaitons d’avoir autant de succès à Manosque qu’il en a eu à Menton. »

De son côté, l’intéressé affirme qu’il n’a pas vu passer les 1 365 jours et qu’il n’emporte que de bons souvenirs « car les mauvais se sont envolés. J’ai découvert une ville agréable avec laquelle nous avons fait des partenariats intéressants que ce soit avec le jardin Serre de la Madone, L’Odyssée bibliothèque ou les Archives municipales ».

Et si Franck Pouilly se dit satisfait du travail accompli, ce spécialiste sait combien l’hôpital doit demeurer vigilant, c’est-à-dire « s’adapter en permanence car le domaine de la santé est toujours en mouvement. »

L’HÔPITAL EN 2018 :

• 217 lits
• 500 employés
• 40 médecins
• 40 M€ de budget à l’année
• 100 000 personnes reçues
• 20 000 urgences traitées
• Plus de 20 000 consultations