william webb allis
« William Webb Ellis, inventeur du rugby, fut ensuite un prêtre anglican pendant plus de quarante ans. Fidèle de St John’s jusqu’à sa mort à Menton en 1872, il est enterré au cimetière du Vieux-château. »

Tels sont les mots inscrits sur la plaque qui orne désormais la façade ouest de l’église anglicane St John’s de Menton. Plaque qui fut dévoilée le 23 septembre par Jean-Claude Guibal, Maire de Menton, Alexandra Valetta-Ardisson, députée de la 4e circonscription des Alpes-Maritimes, Jean-Claude Alarcon, adjoint au sport, Michaël Likerman, trésorier de l’église, et Frédéric Michalak, ambassadeur de la candidature française pour l’organisation de la coupe du monde de rugby à XV 2023.

« En 1823, William, étudiant britannique, s’empare de la balle à la main lors d’une partie de football au mépris de toutes les règles en vigueur à l’époque. Plus qu’un symbole, cet acte fondateur est pour nous un modèle d’inspiration et d’innovation. Plus qu’une légende, l’histoire de Webb Ellis symbolise ce qu’est le rugby et ce que nous ambitionnons pour la coupe du monde de rugby 2023 », énonce l’ancien joueur de rugby à XV, déclaré meilleur buteur de l’histoire du XV tricolore en 2015.

La pose de cette plaque a été initiée par la communauté de St John’s à l’occasion du tour de France effectué par la Fédération française de rugby pour promouvoir la 10e coupe du monde de rugby qui se déroulera en France. Ce bel hommage à William Webb Ellis marque également la reprise des cultes en l’église anglicane de Menton après dix ans de fermeture et trois ans de travaux de restauration.

Qui était William W. Ellis ?

William Webb Ellis naît le 24 novembre 1806 à Salford, comté du Lancashire, en Angleterre. En 1812, son père, James Ellis, un militaire de carrière, est tué au combat au Portugal, au cours de la guerre d’Espagne, laissant une femme et deux enfants. La mère, Ann, s’installe dans la ville de Rugby, comté du Warwickshire, au centre de l’Angleterre. Ses deux garçons entrent à la Rugby School.

A l’automne 1823, lors d’une rencontre de football, le jeune William prend la balle à la main. Le geste est alors autorisé mais les règles imposent au joueur de reculer avec le ballon. Passant outre, il continue vers l’avant. C’est à partir de là qu’évolue le jeu du « football de Rugby ».

En 1825, William quitte Rugby pour Oxford et entre au Brasenose College avec une bourse d’études. Il obtient ses diplômes en 1829 et 1831. Un an après la fin de ses études, il entre dans les ordres.

On ignore si William Webb Ellis, devenu révérend, se rend à Menton pour le plaisir ou pour des raisons de santé. La ville est alors célèbre pour son climat censé soigner la tuberculose. Il y décède le 24 janvier 1872. Il est enterré au cimetière du Vieux-Château, dans une concession qu’il aurait peut-être lui-même achetée. Sa tombe est redécouverte en 1958 par un journaliste local, Roger Driès.

Aujourd’hui, une statue en bronze, œuvre du sculpteur Graham Ibbeson et offerte par la ville de Rugby, l’ « International Rugby Board » et la « Peugeot Motor Company », le représente dans son geste fondateur, à l’entrée basse de la nécropole. Juste à côté, une plaque porte les signatures des capitaines des 20 nations participant à la Coupe du Monde de Rugby 2007 et venus lui rendre hommage le 5 octobre de cette même année.