Ils sont quatre. Judith, Clémentine, Samuel et Mathieu. Quatre copains de promo diplômés en 2014 de l’École supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux. Quatre jeunes femmes et hommes qui ont remporté, sous les couleurs de Menton, le tant convoité prix du Jury pour le premier Festival des jardins de la Côte d’Azur !

Sur son site Internet, la joyeuse bande s’affiche grimée d’étranges masques aux inspirations tantôt animales, tantôt végétales. Mais aujourd’hui, ces paysagistes qualifiés DPLG se retrouvent en pleine lumière grâce à une prestigieuse récompense, celle du prix du Jury du premier Festival des Jardins organisé par le Département des Alpes-Maritimes. Une belle victoire pour le quatuor baptisé « collectif Les Olivettes », vainqueur à Menton pour la première fois de sa jeune histoire après trois autres créations à Amiens et Annecy.

Invitation au voyage

Pour l’emporter, l’équipe a dessiné en plein cœur de ville un jardin éphémère constitué « d’îlots flottants qui invitent le voyageur à un tête-à-tête avec une ambiance, une plante ou une couleur. Dans des cabanes tissées, les sens sont en éveil. On peut s’asseoir, sentir et ressentir les odeurs propres à la Côte d’Azur : sauge, romarin, oranger (…) Chaque cabane offre une pose méditative ». De fait, entre les huttes et la passerelle qui les relie en chevauchant un parterre en friche, lequel bourgeonnera au fil des semaines, on se prend au jeu ; partir à la découverte de mondes distincts qui révèlent, pêle-mêle, des feuillages exubérants, de la terre de pluie, des arômes entêtants, des plantes douces et même des végétaux préhistoriques .

L’univers de ces « jardins secrets » à la fois simples et oniriques, est suspendu comme le temps et les essences qu’ils nous donnent à voir, humer ou toucher. Nichés au sud des jardins Biovès, ils symbolisent à merveille le thème choisi par le Festival : « L’éveil des sens ». On comprend mieux pourquoi cette réalisation a séduit le jury emmené par l’architecte-paysagiste Jean Mus et Julie Depardieu, marraine de l’événement. « La nature est un certain rapport à la beauté (…) Elle a d’ailleurs inspiré les plus grands peintres » indiquait le président du Département Éric Ciotti avant les résultats. Par ce premier prix, c’est donc la créativité artistique des quatre paysagistes qui a été récompensée. Et, au-delà, c’est l’esprit même du Festival, « nouveau rendez-vous prestigieux sur la Côte d’Azur » selon les mots du président azuréen, qui a imprimé sa marque au travers de dix jardins originaux dans les cinq communes participantes.

« Menton, ville de jardins »

Pour Menton et son Député-Maire, qui assistait à la remise du prix aux côtés du collectif, la distinction est un signal fort, et pas seulement parce que la ville est mise à l’honneur devant Nice, Cannes, Antibes et Grasse. En effet, grâce à cette victoire sous ses couleurs, la cité du citron se montre à la hauteur de sa renommée, « avec pas moins de quatre jardins remarquables labellisés, soit la plus forte représentation du département, et sept jardins d’exception », a rappelé Jean-Claude Guibal. « Nous sommes aussi ville 4-fleurs sans discontinuer, primée “fleur d’Or” et “Grand prix national du fleurissement” depuis 1995. La signature “Menton, ma ville est un jardin”, que nous avons choisie dès le début les années 1990, affirme notre identité que nous lions en toute chose à la nature. Ce prix en est un nouveau témoignage et je m’en réjouis, autant que je félicite Les Olivettes pour avoir su l’illustrer de si belle manière ». Après avoir souligné la qualité de l’organisation du Festival par le Département, et félicité également « Les Potageurs – Nommos » qui ont proposé le second jardin éphémère mentonnais, le Député-Maire est revenu sur l’importance des espaces verts et des questions environnementales dans l’aménagement de la commune : « Menton est une “ville-jardin” enchâssée dans un écrin de verdure, où chaque aménagement urbain est pensé dans le respect du végétal. D’autant plus qu’ici, les Alpes tombent dans la mer et le foncier libre constructible est rare donc précieux. C’est la raison pour laquelle nous voulons protéger le territoire et ses habitants, ce que nous faisons dans notre futur plan local d’urbanisme, mais également en valoriser les richesses, à commencer par le citron de Menton qui a bénéficié d’une Indication géographique protégée (IGP) européenne et dont nous relançons la culture. Cette harmonie entre l’homme et son lieu de vie, que Camus définissait comme “l’accord de la terre et du pied”, voici bel et bien ce qui caractérise l’identité de Menton, son cadre de vie et ses jardins. »

Une harmonie de l’homme et de la nature que de nombreux passionnés de botanique viennent rechercher toute l’année, au gré des visites-guidées de Fontana Rosa, Serre de la Madone, Maria Serena, du palais de Carnolès ou encore du Val Rahmeh. Et dont Les Olivettes nous livrent aujourd’hui leur propre interprétation. À voir jusqu’en novembre mais, d’ores et déjà, sachez que vous pouvez voter (jusqu’au 30 avril) pour élire à votre tour votre jardin éphémère préféré ! Puis, dès le 2 juin, place à d’autres temps forts bien connus à Menton avec les « Rendez-vous aux jardins » suivis de tout un mois d’animations.

Preuve, s’il en fallait encore une, que Menton conserve haut la main son rang de ville-jardin d’exception sur le joyau de la Riviera.

Renseignements
Collectif Les Olivettes www.lesolivettes.net
Département des Alpes-Maritimes www.departement06.fr
Ville de Menton www.menton.fr