Ils sont sur tous les fronts durant la saison estivale. Ils, ce sont bien sûr les sapeurs-pompiers qui, volontaires et professionnels, assurent la surveillance des plages jusqu’au 31 août et le quadrillage feux de forêt préventif depuis le 14 juillet.

L’ensemble du rivage, depuis le pont Saint-Ludovic jusqu’à la frontière monégasque, est doté de sept postes de surveillance du 1er juillet au 31 août.

Ces postes de secours climatisés offrent les premiers secours dans des conditions optimales, et affichent au quotidien météo, températures de l’air et de l’eau, résultats des analyses de l’eau, etc. Cette année, une cinquantaine de sapeurs-pompiers volontaires saisonniers – spécialement formés aux secours nautiques – se relaient tous les jours de 9h à 19h pour assurer la surveillance des plages.

Ce dispositif est déployé par le Service départemental d’incendie et de secours des Alpes-Maritimes (SDIS 06). Mais chaque commune finance sa part du dispositif ainsi que l’hébergement des saisonniers.

Rivage mentonnais

À Menton, les trente maîtres-nageurs sauveteurs sont logés dans l’ancien hôtel Edwards. Chaque jour, ils sont vingt à prendre leur tour de garde au sein des quatre postes de secours installés sur les plages Hawaï, Sablettes, Fossan et Casino.

Ils prennent également place sur les chaises de surveillance, présentes de la plage Hawaï jusqu’à la plage située en face de la place d’Armes. En parallèle, un zodiaque et trois plongeurs sauveteurs, basés au centre de secours nautique du port de Garavan, se tiennent prêts à intervenir. Un équipage auquel s’ajoutent une ambulance, un médecin et un infirmier. Pour information, les plages comprises entre la place d’Armes et le rond-point de l’Union ainsi que la plage aux chiens (à côté d’Hawaï) ne sont pas surveillées.

Quant aux plages concédées, les plagistes ont l’obligation d’employer un surveillant. Malgré cet excellent dispositif « la prudence sur les plages reste de mise », confient Daniel Allavena, commandant de la caserne de Menton et conseiller municipal à la mairie de Menton, et son adjoint le capitaine Frédérik Caille.

Comme par exemple, la surveillance accrue des parents envers leurs enfants et l’interdiction de plonger au niveau des digues.

Côté montagne

Depuis le 14 juillet, seize sapeurs-pompiers équipés de quatre camions-citernes feux de forêt (CCF) constituent le quadrillage feux de forêt préventif. Cette année, ce dispositif est déployé tous les après-midis de 13h à 19h sur les communes de Menton et Roquebrune, respectivement sur le plateau Saint-Michel et au parc du Cros de Casté. Il faut savoir qu’en règle générale, un feu se déclare entre midi et 18h. L’intérêt de ce nouveau positionnement est de permettre une plus vaste observation ainsi qu’une rapidité d’intervention en cas de fumée suspecte.

Ce dispositif est prévu pour durer jusqu’à la fin du mois d’août. Mais en cas de sécheresse intensive, il sera prolongé à l’instar de l’été dernier. Le quadrillage feux de forêt préventif est financé par le SDIS 06.

Un financement auquel la Ville de Menton participe puisqu’elle contribue, à hauteur de 3 millions d’euros, au budget annuel de ce service départemental. Chacun de ces quatre CCF comprend 4 000 litres d’eau dont 500 sont réservés à la défense du camion-citerne.

Ces véhicules anti-incendie sont en effet conçus pour faire face à des feux de forêt et de broussailles sur des sites difficiles d’accès, dans des milieux hors-routes. Quant à l’équipage, sa sécurité est garantie par des dispositifs de protection. Pour information, il existe 150 camions citernes feux de forêt dans le département des Alpes-Maritimes.

Sachant qu’en cas de nécessité, deux hélicoptères bombardiers (basés à Cannes) sont loués par le conseil général et mis à disposition le temps de l’intervention.