Afin de favoriser la pollinisation et le rendement des fruitiers, notamment des citronniers, la Ville de Menton vient d’introduire six ruches dans le jardin Serre de la Madone.

Menton, paradis des jardins d’exception, est en train de devenir un paradis pour les abeilles. Par ces temps où la nature est malmenée, il est bon de rappeler que leur rôle est essentiel.

Il y a bien sûr la production de miel dont les vertus ne sont plus à vanter mais surtout la pollinisation qui intéressent la Ville. « Les abeilles permettent aux plantes de se reproduire, aux fleurs de devenir des fruits. Elles sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire. L’Homme a longtemps oublié que même l’infiniment petit est essentiel à sa survie. Aujourd’hui, le changement climatique, l’utilisation des pesticides, les frelons asiatiques…, s’acharnent sur les colonies d’abeilles, les menacent d’extinction et risquent de bouleverser cette précieuse chaîne alimentaire dont nous dépendons », soulignent les experts.

L’enjeu est de taille : depuis 1960, le nombre de ruches a diminué de 60 % en Europe !

La Ville de Menton a donc décidé d’être leur alliée. Des actions de longue durée sont menées pour protéger les hyménoptères et préserver la biodiversité de notre territoire. Les apiculteurs amateurs et professionnels sont informés par la Chambre d’agriculture qu’ils peuvent être aidés par le service municipal des jardins pour trouver des terrains privés ou publics afin d’y implanter des ruchers.

Ce travail, réalisé en collaboration avec l’Association pour la promotion du Citron de Menton (APCM), vise à favoriser la pollinisation et le rendement des arbres fruitiers, notamment des citronniers.

Des reines dans la ville Au cœur de ce programme d’actions, le jardin Serre de la Madone a accueilli six ruches entretenues par Alain Laval, un amateur passionné dont les compétences et les connaissances sont celles d’un professionnel.

C’est tout jeune, dans ses Cévennes natales, qu’il a contracté cette passion et depuis des années, il fait profiter le pays mentonnais de son savoir.

D’autres exemples existent comme le rucher du boulevard de Garavan – la cabane des abeilles comme l’appellent les enfants – où une colonie y est implantée depuis quelques années. Cette colonie est munie d’une protection en bois avec une fenêtre pour éviter que les promeneurs ne la dérangent.

Mais pas de crainte à avoir : en plus de toutes leurs qualités, les abeilles sont pacifiques. Elles ne piquent que pour se défendre ou défendre leur essaim.

Dernière initiative : une productrice de reines, ces reines qui pondent les œufs dans les alvéoles de la ruche avant que les ouvrières en prennent soin jusqu’à l’éclosion au bout de 21 jours, a signé une convention avec la Ville afin d’installer chaque année plusieurs ruches sur la pépinière de la Casetta.

De quoi rassurer Maya et toutes les abeilles de la Riviera.

Y. J. C.

Vidéo France 3 Côte d’Azur