Les agents et les bénévoles ont mis les bouchées doubles pour que tous les motifs soient fruités avant l’inauguration de la 85e édition, dédiée à l’Inde et à son cinéma multicolore. Avec des agrumes magnifiques dont la chaîne a été surveillée, de la production à la livraison !

« Un cru de fruits exceptionnel »

Le responsable des Parcs et jardins est formel : jamais les agrumes n’ont été si colorés, si imposants. Avec le thème de cette année, Bollywood, Mentonnais et visiteurs vont en prendre plein les yeux ! La phrase de Franck Roturier, le responsable du service des Parc et Jardins, laisse augurer une cuvée 2018 de la Fête du Citron® hors du commun. Une véritable aubaine au regard du thème de cette édition, Bollywood.

Toute la palette de manifestations hindoues, c’est-à-dire une explosion de couleurs vives, sera déclinée durant une quinzaine de jours (du 17 février au 4 mars) pour le plus grand plaisir des Mentonnais et des visiteurs. Ils vont en prendre plein les « mirettes » tant la barre a été placée haut par la municipalité.

« Cette année, c’est 50% de fruits supplémentaires ! »

La mission de Franck Roturier et de ses équipes, chargées de fruiter les motifs et les chars de cette 85e édition de la Fête du Citron®, était de la plus haute importance. Un doux euphémisme puisque la réussite de la manifestation repose en grande partie sur les épaules de ces hommes et de ces femmes – une partie d’agents, l’autre de bénévoles. Depuis le 2 février, donc, ils sont pressés par le temps : il leur faut fruiter tous les motifs et les chars avant l’inauguration du 17 février. « Depuis l’arrivée des premières palettes le jeudi 1er février, une cinquantaine d’agents sont à pied d’œuvre ».

Une charge de travail qui demande beaucoup de jus tant les oranges et les citrons imposent non seulement une attention particulière mais aussi – Bollywood oblige – une finesse et une précision redoutables dans la pose : « Le thème de cette année, c’est 50% de fruits supplémentaires ! Ce n’est pas évident. Il faut être au top, on n’a pas le choix. On ne peut pas se permettre de décevoir les visiteurs. » Tout doit être parfait ! Le moindre détail est alors programmé : « Il est impératif que le travail de fruitage soit terminé le jeudi 15. Le vendredi 16 est consacré au nettoyage. Afin que les conditions soient réunies pour une inauguration sans faille le samedi 17. »

On a hâte de partir à la découverte de Bouddha, Shiva et Ganesh… Dieux des agrumes durant une vingtaine de jours !

La chaîne contrôlée de A à Z

Une orange aussi impressionnante, plus grosse que le calibre désiré, cela ne peut être… le fruit du hasard. Pour arriver à un tel résultat, atteindre la quintessence de ces agrumes gorgés de soleil, Franck Roturier, responsable du service des Parcs et jardins, a effectué plusieurs visites sur les lieux de culture, à Coxe, une cité espagnole proche de Murcia. En compagnie d’Henri Scandola, conseiller municipal, délégué aux Parcs et jardins, ils ont écumé les terrains pour assister à la récolte, au conditionnement, au chargement… « Nous avons vérifié toute la traçabilité de la chaîne, explique Franck Roturier. Les fruits sont ramassés, calibrés par palettes, stockés dans des endroits réfrigérés. Et toutes les étapes sont effectuées à la main… »

La réflexion était engagée depuis l’an dernier. « Il y a eu trop de déchet, la livraison, déjà, n’était pas à la hauteur. Les fruits arrivaient trop tôt à maturation, des gens se plaignaient, notamment, de l’odeur d’éthylène. Nous devions nous remettre en question. » Une belle humilité ayant abouti à un remarquable résultat : « Tout le monde s’accorde pour dire que les fruits n’ont jamais été d’une telle qualité ! »

« La qualité visuelle sera maximale »

Ce qui a changé ? « Le cahier des charges a été modifié, les visites sur site avant le choix de l’entreprise qui nous fournirait les agrumes ont été rendues obligatoires, le circuit entre la production et la livraison devait être le plus court possible. Le plus important ? Il ne devait pas y avoir de rupture dans la chaîne des températures. L’an dernier, la maturation des fruits arrivait trop rapidement… »

En Espagne, les températures sont proches de celles enregistrées sur la Côte d’Azur. Le choix s’est également porté sur la Lane Latte, une variété d’orange plus ferme, plus colorée. Le lieu de stockage a également changé. « Sous une tente aérée, dans la serre municipale, Il y a moins d’éthylène. Le fruit se conserve mieux… » La Ville a alors opté pour l’entreprise Pomona Terrazur, qui possède une antenne dans le Var. Son sous-traitant, Coxe Dya, offrait toutes les garanties nécessaires pour répondre aux exigences d’une Fête du Citron® réussie. « La qualité visuelle sera maximale », sourit Franck Roturier.

Les organisateurs n’auront plus alors qu’à récolter… les fruits de leur formidable travail ! La fête en chiffres 170 Le nombre de tonnes de fruits utilisés pour cette 85e édition de la Fête du Citron® 60 Le nombre d’agents sur le site de fruitage. « Au plus fort, il en faut entre 80 et 100 », précise Franck Roturier

  • 240 000 spectateurs en moyenne chaque année
  • 10 chars
  • 13 scènes dans les jardins
  • 20 000 heures de travail des équipes, essentiellement municipales
  • 12 personnes mobilisées chaque jour pour changer les fruits détériorés
  • 750 000 élastiques pour l’accroche des fruits
  • 6 à 8 kilomètres de buis tressés
  • 15 tonnes d’acier 45 kilos d’oranges nécessaires pour recouvrir 1m2. Ou 30 kilos de citrons